La chaîne SIMPSON et TOULOUSE-LAUTREC

La chaîne Simpson et Toulouse-Lautrec

 

 La chaîne Simpson et Toulouse-Lautrec

Quand un accessoire de vélo rencontre le monde de l’art

 

Un point de vue de cycliste sur cette affiche

Cette affiche exposée au musée d’Albi est connue mondialement non seulement des amateurs d’art mais aussi de vélos. La visite du musée et la lecture d’un catalogue consacré à la vie du peintre la mettent en valeur parmi les autres œuvres de l’artiste. Un examen plus attentif permet de la resituer dans son contexte : politique (la revanche de la guerre perdue de 1870), sportif (les vélodromes) et économique (l’industrie du cycle) du point de vue cycliste plutôt que ceux plus abondants des historiens de l’art. Elle met en scène des lieux et personnages marquants du cyclisme de cette époque. Décrivons-la : un lieu, le vélodrome de Catford dans le Grand Londres, un des lieux de la « guerre des chaînes », un coureur au premier plan, Constant Huret (le stayer) entrainé par une quadruplette et portant un dossard tricolore pour rappeler sa nationalité, deux personnes sur la pelouse : sans doute Williams Spears Simpson l’inventeur de la chaîne du même nom objet de l’affiche , Louis Bouglé dit Spoke coureur puis journaliste sportif ; à l’arrière-plan on distingue un orchestre animant les compétitions et sur la piste des machines multiples servant de relais à tour de rôle au coureur (le stayer) Constant Huret. On y trouve aussi l’inscription publicitaire bien visible destinée à promouvoir le produit en haut et en bas à gauche. Les couleurs dominantes utilisées sont le rouge (qui rapproche) pour le texte, et pour un contraste maximum le bleu profond pour le maillot du coureur (couleur primaire) et le jaune pour la partie centrale du vélodrome (couleur complémentaire). Une troisième personne aurait pu figurer sur cette affiche : c’est Tristan Bernard, le directeur du vélodrome Buffalo à Neuilly qui est avec les autres. Toulouse -Lautrec le représentera sur une autre affiche. On ajoutera deux lieux : un vélodrome anglais et un autre français ainsi qu’un magazine, La Revue Blanche, lieu de rencontre du monde de l’art et de la culture.

La suite du document montre comment ces lieux et ces personnages vont se rencontrer et aboutir à la promotion dans le monde de l’art, d’un objet du monde technique, ici une chaîne de vélo.

Pour lire la suite suivre le lien suivant :

La chaîne Simpson et ToulouseLa chaîne Simpson et Toulouse-Lautrec-Lautrec

Jean-François Ringuet

Albi Cyclo Tourisme

jfgr81@free.fr

CYCLOTOURISME et LITTERATURE

CYCLOTOURISME et LITTERATURE

Gabriel Chevallier : les héritiers Euffe

 

 

« Les héritiers Euffe », c’est le titre d’un ouvrage de Gabriel Chevallier, (l’auteur du roman très connu « Clochemerle » paru édit en 1945 et paru aux éditions PUF (Presses Universitaires de France) puis réédité en 1965 aux éditions Brodard et Taupin. Il met en scène   la bourgeoisie de Grenoble dans les années trente. Il décrit le milieu des cyclotouristes grenoblois en connaisseur attentif de nos pratiques dans l’un des chapitres de cet ouvrage toujours disponible en librairie.

Voici un extrait :

La préparation de la randonnée

Brusquement, le vendredi 2 mai, il y eut un petit coup de printemps. Ce n’était pas un printemps bien affermi mais on sentait son haleine de lilas et le ciel, au-dessus des pics reparus avait tendu un beau bleu d’étendard neuf. Il est certains passages des saisons ou les femmes ont des épanouissements de fleurs, lourdes de pollen. Les Grenobloises, sautillant des hanches, se mirent à sourire et à être belles, et les Grenoblois y virent un présage. Mais était-ce avant -gout, signal ou duperie ? Il fallait encore attendre pour se prononcer. Il arrive que le printemps dauphinois fasse de faux départs et donne de fausses joies

Le samedi teint les promesses de la veille La Bastille s’éveilla sous un éclairage qui ne pouvait tromper.la qualité de la lumière qui faisait scintiller le Moucherotte et le Saint Eynard annonçait une journée réussie. Des milliers de cœur se mirent à battre sur un autre rythme, et les chansons affluèrent aux lèvres. Les jolies cyclistes grenobloises animèrent les avenues de leurs chevauchées gracieuses et du spectacle de leurs jambes agiles. On reprit les projets abandonnés. Le bonheur fut une chose d’une simplicité merveilleuse qu’on touchait déjà de la main.

Ce jour-là, vers treize heures, dans la rue Turenne, un homme descendait les escaliers d’un immeuble en portant sur l’épaule une précieuse bicyclette, teintée d’aluminium, qu’il prenait grand soin de ne pas heurter contre les murs. L’homme sortit du couloir, vint accoter sa machine au trottoir et se mit en devoir d’achever les préparatifs par quoi un fanatique du cyclotourisme procède à une longue randonnée méthodiquement conduite.

Ce fervent cycliste avait lui-même une tenue étudiée pour la pratique de son sport favori. Il portait des pantalons de golf qui laissent le genou bien libre pour pédaler et dont les poches étaient fermées par des languettes de sécurité. Il avait des chaussettes de laine qui tiennent le pied chaud dans la chaussure basse et légère un chandail de laine par-dessus la chemisette, et par-dessus le chandail un blouson de toile imperméable, façon ski, qui s’ajustait au moyen d’une fermeture Eclair.

Le cycliste soupesa sa machine avec satisfaction heureux de se dire que son poids allait à peine à 11kilos, avec ses pneus demi ballon en pur para, ses deux freins infaillibles, ses dérailleurs, ses garde-boues, son timbre puissant, son éclairage électrique et le compteur de vitesse. C’était ce qui se faisait de mieux en machine de ce genre, tous accessoires duralumin, à la fois robuste, pratique et légère. Avec la même satisfaction, soulevant les roues l’une après l’autre, il les fit tourner, vérifiant le centrage impeccable des jantes. Il fit sauter la chaine sur chacune des huit dentures qui donnaient des multiplications variant entre deux mètre dix et sept mètres soixante, gamme étudiée pour passer partout, malgré le pourcentage des pentes, la qualité des chemins ou la résistance du vent.

Cela fait, le cycliste s’occupa de son équipement. C’est à dire qu’il fit entrer dans ses sacoches et arrima sur son petit porte- bagages un petit attirail de camping, des vivres, une trousse à pansements, un nécessaire de réparation, une petite gourde d’alcool, ses outils bien accessibles, etc. Chaque chose avait sa place, intérieure ou extérieure, choisie en fonction du besoin de l’objet. Tout était serré par des courroies ou des attaches élastiques…Quand ce fut terminé, l’homme se recula pour contempler sa machine, se demandant s’il n’avait rien oublié. Et précisément :il avait laissé en haut sur un petit coin de cheminée, une petite boîte contenant un faux maillon de chaine, des capuchons de valve, du chatterton…

Fin de l’extrait

Pour lire le chapitre complet, suivre le lien suivant :

cyclotourisme et littérature –

 

 

Jean François RINGUET

ALBI-CYLO-TOURISME

jfgr81@free.fr

 

Souvenir Jean-Paul LARROQUE 25 octobre 2020

 

La concentration a réuni des cyclotouristes au stade de Lombers, venus de plusieurs clubs:

Albi Cyclotourisme, Lo Capial, CRA, castres, Graulhet, Lisle sur Tarn, Amicale des diagonalistes et Carcassonne avec la famille de Jean-Paul, soit 32 personnes.

Le livre d’Or a recueilli les témoignages des participants et évoqué son souvenir.